Impact de la réforme sur la formation professionnelle

0

impact_reforme_article Promulguée le 6 mars 2014, la loi relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale rend obsolète la loi Delors de 1971. Elle vise en effet à adapter la formation au contexte socio-économique actuel par la mise en place d’outils et de dispositifs qui impacteront l’ensemble des acteurs de la formation.

« Majeure par son ampleur, inédite par sa vitesse, gigantesque au regard de la profondeur des changements qu’elle porte ». La réforme de la formation professionnelle, telle que la qualifie le Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, marque un renouveau du système de formation professionnelle français.

L’humain au cœur de la réforme

Première évolution : la suppression du Droit Individuel à la Formation (DIF) au profit d’un Compte Personnel à la Formation (CPF) à compter du 1er janvier 2015. Ouvert dès l’âge de 16 ans et valable tout au long de la vie active d’une personne, qu’elle soit salariée ou demandeur d’emploi, il permettra d’accéder à des formations qualifiantes et d’acquérir des compétences adaptées aux besoins du marché.
Un conseil en évolution professionnelle sera également dispensé aux bénéficiaires du CPF, depuis leur arrivée sur le marché du travail jusqu’à leur départ en retraite, afin de construire et renforcer leur parcours professionnel.
Et pour les salariés, un entretien professionnel biennal sera institué au sein de leur entreprise pour s’assurer du maintien de leur employabilité et d’évaluer leurs perspectives d’évolution.

Des entreprises responsables

La réforme allège par ailleurs les obligations fiscales des employeurs. D’une part, ces derniers verseront une contribution unique allant de 0,55% (pour les entreprises de moins de 10 salariés) à 1% (pour les entreprises de plus de 10 salariés) de la masse salariale à un seul organisme, gagnant ainsi plus de transparence sur le système de collecte et de gestion.
D’autre part, ils seront davantage responsabilisés avec la suppression de la cotisation obligatoire de 0,9%.

Une offre de formations irréprochable

A l’avenir, les OPCA et Fongecif joueront, quant à eux, un rôle croissant dans le processus de validation des formations. Les organismes de formation devront donc s’engager sur la qualité de l’offre de formations qui seront obligatoirement qualifiantes ou certifiantes afin de garantir aux salariés l’acquisition.

La réforme redéfinit donc les rapports entre les acteurs de la formation professionnelle qui devront s’approprier leur nouveau rôle et ainsi contribuer à faire de cette loi une réussite.

A propos de l'auteur

Adiscos Formations propose des formations professionnelles sur-mesure et éligibles au CPF, via un réseau de 4000 formateurs présents partout en France.

Laisser un commentaire