« L’apprentissage doit être un plaisir et non une contrainte » selon Olivier Pinson, formateur en espagnol à ADISCOS.

1

Coup de projecteur sur Olivier Pinson. Ce dernier enseigne l’espagnol pour le compte d’Adiscos. Un métier que ce formateur exerce avec passion depuis 2009. Ce quadragénaire qui en pince pour la langue hispanique a accepté de répondre à nos questions.

 

Pourriez-vous nous dire quelques mots sur votre parcours ?

« Après avoir décroché en 1996 un DESS en commerce extérieur, je suis allé au Portugal pour faire mon service militaire dans l’entreprise de sidérurgie ArcelorMittal.  Ca a duré un an et demi. De retour en France, j’ai travaillé dans le service achat d’une société puis je suis devenu gérant d’une entreprise dans le secteur du tourisme… J’ajoute que je parle couramment le portugais, l’italien, l’anglais et l’espagnol que j’ai appris sur les bancs de l’école. J’aime cette idée d’ouverture sur une autre culture, d’échange. Comprendre la langue de l’autre rend le dialogue plus simple, plus fluide».

Pourquoi avoir choisi Adiscos ?

Je voulais transmettre mon savoir et j’ai cherché des organismes de formations. Ces derniers demandaient aux formateurs d’être nés dans le pays dont ils enseignent la langue. Chez Adiscos, il n’y a pas cette barrière-là… L’important est d’être passionné, transmettre son savoir, avoir des méthodes et surtout de donner aux stagiaires l’envie d’apprendre. Un formateur peut parler l’espagnol depuis le berceau sans pour autant avoir envie de faire connaître sa langue.

En quoi consiste votre métier de formateur ?

Travailler pour Adiscos rime avec qualité de l’enseignement. Il faut aussi faire en sorte que le stagiaire ait une bonne image de la société. De plus, il faut savoir que l’on passe 20h00 avec l’apprenant. Et quand la formation se termine, j’ai envie que le stagiaire dise «Wahoo ! J’ai envie de continuer d’apprendre l’espagnol ! ». C’est l’une des facettes de mon métier que j’apprécie particulièrement.

Vos sessions de formation ressemblent à quoi ?

Je m’aperçois que l’on perd trop de temps à apprendre beaucoup de vocabulaire. L’idée est d’aller à l’essentiel, d’enseigner les bonnes bases et la grammaire. Le tout en respectant l’objectif du stagiaire et son environnement. De plus, mon expérience de gérant d’entreprise me permet de bien connaître tous les secteurs d’une entreprise. C’est d’autant plus important que nos stagiaires travaillent dans diverses branches d’activités. Du coup, je comprends précisément leurs besoins et j’oriente ma formation selon les besoins professionnels concrets. Je me souviens d’une stagiaire qui devait présenter un nouveau produit en Espagne. Nous avons travaillé ensemble le vocabulaire et la grammaire. Et le jour de sa présentation, ça s’est très bien passé pour elle. Elle était en confiance.

Qu’est-ce que ce métier vous apporte ?

Je me fie aux commentaires de mes stagiaires. Quand ils me disent «Merci beaucoup ! » ou «Ah ! Ca fait déjà deux heures !» alors que la session de formation vient de se terminer. L’idée est surtout de leur donner envie de continuer à apprendre l’espagnol et que cela soit utile pour eux… Ce n’est pas pour moi mais c’est vraiment pour les stagiaires. L’apprentissage doit être un plaisir et non une contrainte.

A propos de l'auteur

Adiscos Formations propose des formations professionnelles sur-mesure et éligibles au CPF, via un réseau de 4000 formateurs présents partout en France.

Un commentaire

Laisser un commentaire