Zoom sur le CPF de transition

0

Le compte personnel de formation de transition professionnelle (CPF), mis en place à partir du 1er janvier 2019 s’adresse aux salariés souhaitant suivre une formation tout au long de leur vie professionnelle. Ce nouveau dispositif, qui remplace le CIF (Congé Individuel de Formation) sert aussi à accompagner ceux qui envisagent une réorientation de carrière. Dans quelle mesure peut-il donc être efficace ? Voici tout ce que vous devriez savoir sur le CPF de transition !

Pour quel type de salariés ?

Le CPF de transition, qui est le nouveau-né de la réforme professionnelle, est destiné aux salariés en CDI ayant un minimum de 24 mois d’expérience professionnelle. Le salarié doit cependant certifier une ancienneté de 12 mois au sein de la même entreprise. Ceux qui sont en CDD peuvent également bénéficier du CPF de transition, à condition d’avoir une ancienneté de 24 mois, consécutifs ou non, pendant les cinq dernières années.  Pour être éligible au CPF de transition, il faut également que le salarié ait occupé un poste en CDD pendant au moins 4 mois au cours des 12 derniers mois.  Toutefois, il est important qu’il commence sa formation 6 mois maximum après la fin de son dernier contrat en CDD.

Une meilleure adaptation au marché de l’emploi

Le compte personnel de formation qui est alimenté en euros permet aux salariés de choisir leur métier ou de changer de profession au cours de leur carrière. Il est aussi possible d’opter pour une formation professionnelle longue au cours de sa carrière professionnelle. Le CPF de transition, a été en fait créé dans le but d’aider les salariés à mieux s’adapter au marché de l’emploi et de les guider vers la réorientation de carrière.

Une rémunération pendant la formation

Le CPF de transition se rapproche un peu du CIF (Congé Individuel de Formation). Telle une période de travail, le salarié touche pendant la formation une rémunération, qui est presque équivalente à son salaire. Cette rémunération est versée par l’employeur puis remboursée par la Commission Paritaire Interprofessionnelle Régionale (CPIR).  Les modalités de versement de cette rémunération sont précisées par décret, en particulier dans les entreprises de moins de 50 employés.

Quelles sont les démarches à entreprendre ?

Tous ceux qui souhaitent suivre une formation doivent effectuer une demande écrite auprès de l’employeur. Pour une formation qui comprend une interruption continue de travail de plus de 6 mois par exemple, le salarié doit adresser une demande écrite à l’employeur au plus tard 12 jours avant le début de l’action de formation.  S’il s’agit de moins de 6 mois ou si cela concerne une formation à temps partiel, la demande écrite doit être adressée à l’employeur au plus tard 60 jours avant le début de l’action de la formation.  L’employeur dispose un délai de 30 jours pour répondre au salarié à la suite de la réception de la demande de congé. En cas d’absence de réponse, l’autorisation de congé est acquise de plein droit.

Vous envisagez de suivre une formation ? Contactez nos experts !
Rendez-vous sur le site d’Adiscos : https://www.adiscos.com/

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire